Les idéaux démocratiques et la réalité – 1

[1]

Chapitre I — Perspective 

[L’avenir et la paix, 1]

Nos mémoires sont encore remplies des moindres détails d’une guerre tellement captivante. C’est désormais comme si un écran nous séparait de ce qui s’est passé avant-guerre, même en ce qui concerne nos propres vies. Le moment est cependant maintenant venu de prendre du recul et nous devons commencer à penser notre longue guerre comme un grand évènement unique, une cataracte dans le courant de l’histoire. Ces quatre années qui viennent de s’écouler ont été capitales parce qu’elles ont été le résultat d’un siècle et le prélude à un autre. Les tensions entre les nations s’étaient lentement accumulées, et, pour utiliser le langage de la diplomatie, une détente s’est maintenant produite. La tentation du moment est de croire qu’une paix durable s’imposera simplement parce que, fatigués, les hommes ont décidé qu’il n’y aura plus de guerres. Pourtant les tensions internationales s’accumuleront de nouveau, même lentement initialement : il y a eu la paix pendant une génération après Waterloo. Qui parmi les diplomates qui siégeaient à la table du Congrès à Vienne en 1814 avaient prévu que la Prusse deviendrait une menace pour le monde ? Est-il donc possible pour nous de niveler le lit du ruisseau de l’histoire future afin d’éviter une autre cataracte ? Telle est la tâche qui s’offre à nous, rien de moins, si nous voulons que la postérité juge moins sévèrement notre sagesse, que nous le faisons pour celle des diplomates de Vienne.

[1]

I Perpective

[The Future and peace, 1]

Our memories are still full of the vivid detail of an all-absorbing warfare ; there is, as it were, a screen between us and the things which happened earlier even in our own lives. But the time has at last come to take larger views, and we must begin to think of our long War as of a single great event, a cataract in the stream of history. The last four years have been momentous, because they have been the outcome of one century and the prelude to another. Tension between the nations had slowly accumulated, and, in the language of diplomacy, there has now been a detente. The temptation of the moment is to believe that unceasing peace will ensue merely because tired men are determined that there shall be no more war. But international tension will accumulate again, though slowly at first ; there was a generation of peace after Waterloo. Who among the diplomats round the Congress table at